POMIÈS Pauline

Pauline Lafabrier est née le 12 novembre 1877 à Toulouse.

Elle y vit jusqu’à l’âge de 12 ans. Puis sa famille s’installe à Bordeaux où le père est ébéniste.

Elle épouse le 8 décembre 1904 Jean-Baptiste Pomiès, cordonnier. Elle-même est repasseuse.

Ils ont 3 enfants : un fils mort de maladie à l’âge de 22 ans ; un autre tué à la guerre d’Espagne ; leur fille Marie-Louise vit chez eux avec ses enfants.

Pauline Pomiès, « Maman Baptiste », hébergeait avec son mari  « de 1940 jusqu’à son arrestation les principaux responsables » OS et FTPF (attestation Henri Souque pour Jean-Baptiste). Ils assuraient aussi des liaisons.

Mais les Giret, ce couple passé à l’ennemi, confirment à la police leur engagement.

Maman Baptiste est arrêtée à son domicile, à Bordeaux, le 7 août 1942, au matin.

Son mari le sera le soir en rentrant à la maison. Il avait été prévenu et aurait pu se sauver. Il ne l’a pas fait par peur d’aggraver le cas de sa femme, par peur aussi que l’on n’arrête leur fille.

Il est fusillé le 21 septembre 1942.

Pauline Pomiès a été emprisonnée à la caserne Boudet jusqu’au 14 octobre 1942 puis transférée au fort de Romainville.

Elle est morte le 16 février 1943. Elle avait été « prise à la course » comme Noémie Durand,  et Aminthe Guillon  le 10 février, mais ses camarades avaient réussi à la tirer hors du groupe des condamnées et à l’entrainer en courant jusqu’au block. Elle est morte 6 jours plus tard. Elle avait soixante-cinq ans.